Danse de Shiva

5 choses apprises au pays de l’Ayurveda

L’Inde est un pays qui m’a toujours fascinée, depuis la découverte d’une photo du Taj Mahal quand je n’étais encore qu’une gamine. Plus tard, je suis tombée en plein dans la passion des films Bollywood (Ah, Shah Rukh Khan !!). Depuis, j’ai eu la chance de voyager plusieurs fois dans ce beau pays, que ce soit au nord, au sud ou à l’ouest. Bien sûr, je suis loin d’avoir tout découvert. Mais j’ai eu l’opportunité de vivre avec différentes familles indiennes et de comprendre un peu leur culture. J’ai également étudié l’Ayurveda et fait des stages en clinique ayurvédique qui ont été très enrichissants. Sans parler de ma formation de professeur de yoga avec vue sur l’Himalaya qui a été la cerise sur le gâteau !

photo de Shah Rukh Khan
Shah Rukh Khan et moi ! 😉

Mon dernier séjour a duré 3 ans et ma vie quotidienne dans ce pays plein de contrastes m’a beaucoup appris. On me demande souvent comment ça se passe là-bas, comment est la vie, comment sont les Indiens. Aujourd’hui, j’ai décidé de choisir 5 choses (parmi tellement d’autres) qui avaient toutes un rapport plus ou moins proches avec l’Ayurveda et le Yoga. Bien entendu, il s’agit de mon expérience personnelle uniquement. Je ne prétend certainement pas détenir la vérité sur ce pays et ses habitants ! Mais j’avais envie de partager ce petit bout d’Inde avec vous : ce que j’ai appris au pays de l’Ayurveda (et du Yoga).

Le Taj Mahal
Le Taj Mahal

1 – Le spirituel fait partie du quotidien.

Les rituels ne sont pas réservés aux temples. Chez eux, la majorité des Indiens ont un petit autel. Chaque matin, ils peuvent faire une courte prière, honorer leurs ancêtres et brûler de l’encens. De la même façon, beaucoup d’Indiens vont vivre leur spiritualité dans les petits gestes du quotidien. On dessine des rangolis (ou kolams) auspicieux devant sa maison. On allume des diyas (petites lampes à huile) pour les grandes occasions comme la fête de Divali. Ou bien on fera attention de ne pas cueillir de plante après le coucher du soleil. En effet, on considère que celle-ci dort et on ne doit donc pas la déranger.

kolam
Kolam du matin (Tamil Nadu).

2 – L’occupation anglaise à fait beaucoup de mal à l’Ayurveda.

Il faut savoir qu’au temps de leur occupation en Inde (de 1757 à 1947), les Anglais ont totalement interdit la médecine traditionnelle des Indiens : l’Ayurveda. Les médecins ayurvédiques étaient emprisonnés. Ceux qui détenaient la connaissance unique des points marmas (connaissance qui était surtout transmise oralement) ont même eu les mains coupées afin que le savoir ne puisse plus se transmettre. Les livres d’Ayurveda ont été brûlés pour la plupart. Tout cela pour installer la médecine officielle anglaise : à savoir la médecine allopathique. Résultat des courses : même si l’Ayurveda est toujours bien présent en Inde, beaucoup d’Indiens préfèrent néanmoins aller voir un médecin allopathique en 1ère instance. De leur avis, cette médecine est plus efficace. Le lavage de cerveaux a donc bien fonctionné !

Heureusement, depuis quelques années, le gouvernement cherche à préserver et valoriser tout ce qui fait la tradition de l’Inde. Le ministère AYUSH (qui englobe l’Ayurveda, le Yoga, la Naturopathie, l’Unani, le Siddha et l’Homéopathie : toutes sont différents types de médecines traditionnelles) a été créé en 2014.

Livres Ayurveda
Livres d’Ayurveda

3 – Les cures ayurvédiques (panchakarma) sont aussi une étape importante pour le couple qui désire enfanter.

Quand j’étais stagiaire en clinique ayurvédique, la plupart des personnes venaient faire une cure pour des problèmes de santé spécifiques. Ou bien aux changements de saison afin de pouvoir rééquilibrer leur organisme de façon durable. J’ai vu aussi beaucoup de jeunes couples qui venaient faire leur cure afin de concevoir facilement et faire de futurs enfants en pleine santé. Effectivement, en Ayurveda, on considère que le tissu reproductif (shukra) est celui qui arrive après que tous les autres soient convenablement nourris. Et de la qualité de ce tissu (dhatu) dépend la bonne santé du fœtus qui sera ainsi conçu par les 2 partenaires. Le couple indien essaye donc de mettre le maximum de chances de son côté. La cure ayurvédique est alors la base pour optimiser la conception (qui pourra aussi ensuite être aidée avec d’autres traitements plus ciblés).

clinique Ayurveda
Salle de consultation en clinique ayurvédique (Pune, Maharashtra).

4 -Le yoga est un art beaucoup plus vaste que de simples postures.

Si vous vous intéressez au yoga, vous savez sans doute que le yoga, ce ne sont pas que des asanas (postures). Mais presque tout le monde en Inde vous dira qu’il fait du yoga, sans pour autant pratiquer ces postures. Ce qui peut étonner au 1er abord ! Clairement, en Inde, le yoga est plus considéré comme un art de vivre et une philosophie de vie. C’est une manière de se comporter et d’orienter ses actions. Les postures physiques ne sont pas le plus important dans cet art. Se comporter en yogi dans sa vie de tous les jours l’est beaucoup plus. C’est un code de conduite avec certaines valeurs morales qui est très suivi. J’en reparlerai plus en détails dans un prochain article.

Danse de Shiva
La danse de Shiva (dont les 108 positions ont inspiré les postures de yoga) au Temple Adi Kumbeswarar, Kumbakonam (Tamil Nadu).

5 – Le Temps n’est pas si important.

Si vous avez déjà été en Inde, vous avez sans doute constaté que les Indiens sont (très) souvent en retard, quelle que soit l’occasion. Notre tempérament occidental peut trouver cela malpoli – voire pas du tout respectueux. Cependant, il faut comprendre que la culture indienne est différente.

J’ai peut-être un début d’explication concernant ce retard. Un ancien professeur indien m’a un jour expliqué que, en Occident, on avait eu la révolution industrielle et que la notion de temps (et de respecter les horaires) était devenue impérative pour la bonne marche du travail. Jusqu’à un point où, de nos jours, des personnes pensent que “Le temps, c’est de l’argent”. Mais l’Inde n’est pas passée par cet étape dans son développement. Je dirai même que, au contraire, la vie en Inde et ses nombreux imprévus ont fait que les gens ont développé depuis leur petite enfance une façon de vivre au jour le jour qui leur convient bien.

On n’est pas vraiment dans l’optique de faire des projets à long terme. On fait de son mieux chaque jour qui passe et on espère pour le meilleur. Pour une grande partie de la population, ce meilleur est d’ailleurs géré par quelque chose de plus grand (un Dieu, par exemple) et n’est pas dépendant de nous en tant qu’individu. Le karma (les conséquences des actes passés) de la personne est également très important dans sa destinée.

Du coup, on prend les choses comme elles viennent. Respecter un horaire n’a pas la même importance que celle qu’on peut lui accorder en Occident. L’important est que l’on va rencontrer la personne avec qui nous avons rendez-vous : que ce soit maintenant ou plus tard n’est pas capital. Du moment qu’on la rencontre ! Et puis, tellement de choses peuvent arriver sur le chemin pour aller la rencontrer. 😉

 

Et vous, êtes-vous déjà allés en Inde ? Qu’en avez-vous pensé ? Que rajouteriez-vous à cette liste ?

 

Toutes les photos sont mes photos personnelles, sauf celle avec Shah Rukh Khan prise par Marie DesRochers.
Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *