livre dis-moi où tu as mal

Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi

Et si notre corps nous envoyait des messages ? Si les douleurs et les maladies étaient des témoignages de ce qui ne va pas plus profondément dans notre vie ? On aimerait alors pouvoir comprendre d’où vient le problème et comment pouvoir y remédier. Michel Odoul nous offre ainsi de nombreuses pistes pour déchiffrer les maux de notre corps. Partant d’éléments de psycho-énergétique, il a écrit un ouvrage très intéressant intitulé Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi : les cris du corps sont des messages de l’âme. Il s’agit donc de ma lecture de cette semaine dans le cadre de mon challenge.

Qui est Michel Odoul ?

Michel Odoul a d’abord eu un parcours tout ce qu’il y a de plus classique. Il a fait une école supérieure de commerce, puis a été cadre en entreprise pendant de nombreuses années. Il est un pratiquant assidu d’Aïkido qu’il finit par enseigner. Puis, il se forme également aux techniques énergétiques orientales pendant 8 ans. Spécialiste des techniques énergétiques chinoises et diplômé de shiatsu, il fonde l’Institut Français de Shiatsu en 1996. Michel Odoul est aussi formé à la psychologie occidentale et aux techniques de relaxation. Ses spécialités sont la psycho-énergétique et la phyto-énergétique : 2 approches qu’il a créées et qui sont enseignées à l’Institut Français de Shiatsu.

En 1994, il écrit son 1er livre Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi qui rencontre un vrai succès. Celui-ci sera suivi par toute une collection de livres orientée sur le bien-être. Formateur, conférencier et consultant, Michel Odoul anime aujourd’hui de nombreuses formations de par le monde. On peut retrouver son actualité sur le site de l’Institut Français de Shiatsu.

De quoi parle Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi ?

livre dis-moi où tu as mal

Ce livre de 232 pages est composé de 3 partie principales.

La 1ère partie aborde des données philosophiques pour mieux comprendre la dimension spirituelle de notre incarnation. Aidé par la philosophie taoïste, Michel Odoul y aborde l’incarnation, le chemin de vie, le conscient et le non-conscient, les tensions, les traumatismes, les maladies, les actes manqués et l’effet miroir. On comprend comment et pourquoi de tels évènements dans notre vie sont en fait le résultat de notre Guide Intérieur qui tire la sonnette d’alarme.

La 2ème partie nous enseigne les principes de base de la Médecine Traditionnelle Chinoise. On y parle du Yin et du Yang, des méridiens et des 5 principes (ou 5 éléments) que sont le métal, la terre, le feu, l’eau et le bois. Ces éléments sont chacun liés à des organes bien spécifiques du corps humain. De là découle la compréhension que toutes les choses en nous sont bel et bien reliées.

Enfin, la 3ème partie aborde les messages symboliques du corps. Michel Odoul passe en revue chaque partie du corps et chaque organe afin d’expliquer quelle est la psychologie associée à son malaise. Il nous propose un questionnement et nous ouvre de nombreuses pistes de réflexion.

Ce que je pense de Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi ?

Tout d’abord, il faut bien dire que ce n’est pas pour rien que cet ouvrage Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi est devenu une référence en la matière dans les milieux du bien-être, ainsi qu’auprès du grand public. Michel Odoul a longtemps étudié et pratiqué son sujet, notamment via les techniques énergétiques chinoises et le shiatsu. J’ai moi-même ce livre en ma possession depuis de nombreuses années et c’est un plaisir d’y replonger régulièrement.

Le lecteur comme acteur de son propre bien-être

J’apprécie notamment que Michel Odoul laisse la responsabilité au lecteur de trouver la raison spécifique de son malaise. Contrairement à d’autres ouvrages sur le même sujet, il n’y a ici point de lexique nous disant que le malaise A = raison B, sans autre préambule. Ici, l’auteur veut nous rendre acteur de notre guérison. Il explique des notions, pose des bases et ouvre des questionnements. Mais jamais il ne réduit un malaise à une cause lambda qui serait exactement la même pour chaque individu. Certes, cela demande un peu plus d’effort de la part du lecteur, mais c’est aussi pour engendrer un processus de guérison responsable et durable.

De nombreux exemples très parlants

Si l’on n’est pas déjà familier avec la Médecine Traditionnelle Chinoise, la somme d’informations donnée par Michel Odoul peut paraître assez compacte et intense au départ. Fort heureusement, il étaye ses explications techniques de chaque malaise avec des exemples bien concrets puisés dans sa propre vie ou dans celle de ses clients. On voit ainsi très clairement prendre forme sous nos yeux la réalité humaine des déséquilibres qu’il nous présente. Bien entendu, cela nous amènera aussi à penser à nos propre malaises ou bien à ceux de notre entourage. Tel un Sherlock Holmes du bien-être, on en viendra ainsi à vouloir décrypter les cas précis de nos proches. Parfois même avec un certain succès ! 😉

Les similitudes et différences entre la MTC et l’Ayurveda

En tant que praticienne en Ayurveda, je trouve toujours très intéressant de me documenter sur la MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise). Même si les 2 modalités sont différentes, on peut remarquer à quel point leurs raisonnements amènent souvent au même diagnostic. En Ayurveda aussi, il existe 5 éléments (dont 2 sont différents : l’air et l’espace, en plus du feu, de l’eau et de la terre). Nous retrouvons également le principe de féminin (Yin = Shakti) et masculin (Yang = Shiva) et les canaux d’énergie qui circulent dans le corps (méridiens = nadis). Michel Odoul a été formé en énergétique chinoise, mais il me semble que quelqu’un formé en énergétique ayurvédique aurait pu écrire un ouvrage arrivant aux mêmes conclusions, quant aux raisons des déficits d’énergie dans le corps.

Pourquoi cet ouvrage est intéressant ?

De nos jours, on va voir son médecin quand quelque chose ne va pas bien chez nous. Cependant, on peut constater que nombreux sont les cas où, malgré les traitements allopathiques, on n’arrive jamais à avoir une guérison complète. Il est alors plus qu’utile de s’interroger sur les raisons profondes (psychologiques) d’un mal-être corporel. C’est le postulat de base de Michel Odoul : tant que ces raisons profondes ne seront pas entendues (et résolues), le corps continuera à créer des malaises pour attirer notre attention. Même si le malaise est guéri par la médecine dans une des parties du corps, alors un autre malaise pourra très bien surgir à nouveau dans une partie différente. Et ainsi de suite, tant que le message ne sera pas entendu.

Pour qui est ce livre ?

Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi est destiné à tous. Bien entendu, il faut avoir l’esprit un minimum ouvert pour accepter le fait que nos maladies, blessures (et même accidents) ne sont en fait pas les produits d’un pur hasard. Si l’on peut accepter qu’il y a plus à comprendre et à découvrir que ce qui est visible en surface, alors Michel Odoul nous ouvre les portes d’un autre mode de compréhension et de travail sur soi-même. C’est un cadeau inestimable !

En conclusion

Ouvrage de référence sur la psycho-énergétique (modalité créée par Michel Odoul), Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi ouvre la voie vers une réflexion personnelle sur notre place en ce monde et comment l’on avance sur notre chemin de vie. La philosophie taoïste est certainement l’une des plus complexes et inspirantes. Elle teinte de signification et de sagesse tous nos petits (et grands) tracas de santé. Elle nous amène à mieux nous écouter, mieux écouter ce corps qui nous envoie des messages quand nous ne sommes plus dans notre véritable chemin de vie. Je terminerai sur ce proverbe chinois à méditer (page 229 du livre) :

“Jusqu’à ce qu’aujourd’hui devienne demain, on ne saura pas les bienfaits du présent.”

Et vous, connaissez-vous ce livre ? Croyez-vous au fait que nos malaises physiques soient des signaux d’alarme qui cherchent à nous remettre sur le droit chemin ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *